Notre Blog Actualités



Posté le 26 November 2014 - Rubrique Prière, veillée, célébration

Le dimanche 16 novembre en l'église de la Visitation à Chevigny-saint-Sauveur, 18 jeunes âgés de 15 et 16 ans ont reçu le sacrement de confirmation. C’est le père Eric Millot, vicaire général, qui présidait cette célébration qui s’est déroulée dans un climat de prière et de fête.

Après avoir cheminé ensemble, pour la plupart depuis le catéchisme primaire et avec les mêmes animatrices, ils ont manifesté le désir d'être habités pleinement par l'Esprit Saint. L'assemblée présente à cette célébration, augmentée des familles de ces jeunes, a été très touchée par le sérieux de leur démarche, par la force de leur témoignage et celui de leurs animatrices, et par les mots très simples et très forts de l'homélie du père Eric Millot.

« Que votre confirmation d’aujourd’hui - dit-il - soit un élan réel dans votre vie de chrétiens. Qu’elle vous permette de prendre pleinement votre place dans l’Eglise et que chacun ait le souci de vous laisser votre place, de vous laisser apporter votre jeunesse, votre dynamisme, vos remises en cause, la fraicheur de votre foi à toute l’Eglise et en premier lieu à votre communauté paroissiale qui vous a accompagnés jusque-là ».

Et le vicaire général de conclure : « Aujourd’hui, Dieu vous marque du Saint-Esprit : c’est le don de Dieu. Ce don, n’allez pas le cacher comme le troisième serviteur de la parabole. Mais que ce don produise du fruit pour vous et pour tous ceux que vous rencontrerez ».


                                              Père André Jobard
                               Curé de la paroisse de la Visitation



Photos : © Charles Marquès

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 November 2014 - Rubrique lire, écouter, regarder

C’est le jeudi 20 novembre que s’est tenu le vernissage de l’exposition « Voyages en intériorité » de sœur Marie-François Lin, au Centre Universitaire Catholique de Bourgogne (CUCDB).

La religieuse et artiste, née en 1935 à Taiwan et membre de la branche contemplative de la congrégation des sœurs de Notre-Dame de Sion, était présente pour l’événement, en compagnie d’une cinquantaine de personnes dont l’archevêque de Dijon et les responsables du CUCDB.

L’exposition, composée d’une quinzaine de tableaux d’art contemplatif, était présentée dans le hall principal de l’établissement, aux yeux notamment des nombreux étudiants qui y passent chaque jour.

Philippe Richard, directeur général du CUCDB, a introduit ce vernissage en partageant l’émotion qu’il avait eu en découvrant cette exposition quelques mois auparavant à Strasbourg : « La peinture de sœur Marie-François est une illustration que l’art peut amener à un dépassement de soi-même ». Il remercia chaleureusement la religieuse, qui prit ensuite la parole en français et en public pour la première fois de sa vie !

Sœur Marie-François a expliqué l’importance de la peinture pour elle, qu’elle associe toujours à la musique : « La musique fait partie de mon cheminement quotidien. Mes tableaux sont une composition musicale ». La religieuse improvisa d’ailleurs quelques notes à l’harmonica au cours de son intervention.

Sœur Marie-François a également expliqué son amour pour Dieu (« Sans l’amour du Christ, je ne peux pas tenir ! ») et sa présence essentielle à toutes ses œuvres : « Je peins la création de Dieu, et notamment les éléments oubliés, négligés, de la création de Dieu. Peindre, c’est la joie de donner ce que j’ai reçu de Dieu ».

Mgr Minnerath prit ensuite la parole, soulignant le moment d’intense spiritualité vécu par l’assemblée qui contemple ces tableaux.

L’archevêque nota la présence importante de l’élévation dans les œuvres de sœur Marie-François, ainsi que « l’ouverture à aller au-delà, l’expression de la profondeur de l’âme et la profondeur de la réalité de Dieu ».

Après un dernier mot de remerciement du président du conseil d’administration du CUCDB, Pierre-Henri Lemaire, l’assemblée s’est retrouvée autour d’un cocktail, tandis que de nombreux curieux continuaient leur « voyage intérieur » en contemplant les tableaux exposés.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 November 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Ambiance animée et joyeuse ce dimanche matin au Sacré-Cœur de Dijon : à l’invitation de la paroisse, plus de vingt familles ont rendu grâce et fêté le sacrement de baptême reçu par leurs enfants lors des douze derniers mois, dont la petite Giulia baptisée ce dimanche !

Après avoir été appelés à reconnaître les dons de Dieu, dont ceux de la vie et de la foi, les enfants aidés de leurs parents ont accroché une photo de leur baptême dans un arbre, arbre qui trône à l’entrée du baptistère du Sacré-Coeur !

Les tout petits ont également pu proclamer à leur façon le Notre Père, gestué par les enfants plus grands de l’éveil à la foi.

La messe s’est terminée par une bénédiction de ces familles envoyées sur le chemin d’une foi à faire découvrir à leurs enfants. Un verre de l’amitié a rassemblé jeunes et plus vieux paroissiens.


                                   Virginie Lacomme

 

Photos© Bruno Perrin

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 November 2014 - Rubrique Mouvements et associations

L’association Renaissance a reçu le mercredi 12 novembre le docteur de Franciscis, Médecin-Chef du Bureau des Constatations Médicales à Lourdes. Celui-ci, italien, est le 15ème médecin responsable de ce bureau, et le 1er qui ne soit pas français. Il a été nommé, en 2009, par Mgr Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes. Pédiatre et Professeur de Médecine, c’est à 17 ans qu’il avait accompagné un groupe de malades pour Lourdes, et son amour pour la Vierge et Lourdes ne s’est pas démenti depuis.

 

Bref historique : c’est du 1er février 1858 au 16 juillet de la même année que la Vierge est apparue à Bernadette Soubirous. Dès le 25 février, Bernadette est appelée à boire l’eau de la source, et la première guérison a lieu le 28 février 1858, en la personne de Catherine Latapie.

A la fin de l’année 1858, on comptait une centaine de guérisons inexpliquées. En 1862, l’évêque du lieu, nomme une commission de religieux et de laïcs, et publie les mandements de l’évêque par lesquels il reconnaît la fiabilité des propos de Bernadette, il institue un culte propre à la grotte de Lourdes et il reconnait les guérisons du cœur et du corps qui ont lieu à Lourdes.

En 1883, le Bureau des constatations Médicales est créé. Il examine les guérisons qui ont lieu à Lourdes, selon des critères scientifiques et sans aucun secret. Pour qu’une guérison soit reconnue, il faut un diagnostic précis de la maladie, que la guérison soit instantanée, complète et durable.

Il ne faut pas confondre guérison et miracle : la guérison est un acte médical, alors que le miracle relève du religieux et c’est à l’évêque d’en décider.

Le Bureau des Constatations Médicales reçoit entre 100 et 150 malades par an et 30 à 40 guérisons sont supposées vraisemblables : de nombreux malades, s’estimant guéris, ne s’engagent pas dans la reconnaissance de la guérison, démarche longue et contraignante.

Depuis 1858, parmi les 7000 guérisons inexpliquées et inexplicables, seules, 69 ont été déclarées « miracle ».

Lourdes est devenu un lieu de pèlerinage important depuis un siècle, 6 millions de pèlerins par an, ce lieu restant un mystère car pour les malades c’est à la fois signe de la Croix de Jésus, mais aussi signe de joie et d’espérance.

 

                                                          Georges Libersart

                                         Président de l'association Renaissance

 

Photos : © Association Renaissance

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...