Notre Blog Actualités



Posté le 13 March 2014 - Rubrique Carnet

Ce 12 mars 2014, l’église Saint-Michel de Dijon a accueilli des centaines de parents et d’amis du Père Jacques Nourissat venus rendre grâce pour son ministère si riche. Né à Dijon, c’est en cette même église Saint-Michel qu’il avait été baptisé le 24 septembre 1917.

Après des études à Saint François de Sales, c’est au Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux qu’il s’est préparé à devenir au sacerdoce. Et il sera ordonné prêtre le 28 mars 1943 – il y aura 71 ans dans quelques jours – en l’église Saint-Jean de Dijon.

Son premier ministère fut d’être vicaire à la paroisse Saint-Joseph de Dijon et en 1948 à la cathédrale Saint-Bénigne. Dans cette paroisse et ce quartier, il y sera aussi attentif à toutes les familles populaires, n’hésitant pas à inventer des structures d’entraide. En 1952, c’est à Ste-Colombe-sur-Seine qu’il est envoyé comme curé. Il y restera jusqu’en 1955, date à laquelle il devient l’aumônier du lycée Saint-Joseph de Dijon jusqu’en 1968.

C’est à partir de cette date qu’il y aura un nouveau tournant dans sa vie de prêtre : il devient alors aumônier diocésain des fraternités Lataste tout en étant vicaire économe de Champagne-sur-Vingeanne. Dès 1970, il devient aumônier national des fraternités Lataste. En 1974, il part au Canada pour soutenir les communautés religieuses du pays, puis petit à petit il va s’engager dans la pastorale des familles brisées et ainsi permettre à ces personnes de retrouver toutes leurs forces. Devenu prêtre fidei donum, ce long séjour au Canada lui a permis de recevoir la nationalité canadienne.

En 1998, il revient à Dijon et il sera pendant plusieurs années prêtre auxiliaire à la paroisse Notre-Dame. En 2007, à la suite de quelques soucis de santé, il entrera à la maison du clergé où il continuera au milieu de ses frères prêtres à porter le diocèse dans sa prière et à donner beaucoup de conseils à tous ceux qui continuaient à le consulter.

Jacques Nourissat a donc eu un ministère riche et varié et qui lui a permis de nouer des relations avec l’Eglise du monde entier. Aussi la célébration de ses funérailles présidées par l’archevêque qui avait à ses cotés Don Olivier Quenardel, père abbé de Cîteaux, entourés d'une cinquantaine de prêtres et de diacres, a particulièrement fait mention de tous ces pays où Jacques Nourissat a servi l’Eglise.

Mais les membres de la famille humaine de Jacques Nourissat ont pu témoigner eux aussi de la manière dont leur oncle, grand oncle, parrain les a également marqués : évocation de souvenirs, prières et musique instrumentale ont ainsi ponctué une célébration marquée à la fois par la ferveur, la tristesse de dire « A Dieu »  à ce prêtre si marquant et par l’action de grâce. C’est son neveu, le Père Daniel Nourissat, prêtre du diocèse de Dijon, actuellement vicaire général du diocèse de Rabat (Maroc), qui a prononcé l’homélie que vous pouvez lire dans le document ci-dessous.

 

 

On pouvait noter la présence, parmi les prêtres concélébrants, du P. Eric Jacquinet, auteur avec Jacques Nourissat de l’ouvrage Fidèles jusqu'à l'audace : un chemin nouveau pour l'accompagnement des fidèles divorcés remariés dans l'Eglise, Editions Salvator, 2008.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 March 2014 - Rubrique Carnet

Le Père Jacques NOURISSAT, prêtre du diocèse de Dijon, est décédé ce vendredi 7 mars 2014 à la clinique de Chenôve (21). 

 

Ses obsèques seront célébrées le mercredi 12 mars 2014 à 10h en l'église Saint-Michel de Dijon (21).
 
Nous l'accompagnons de notre prière.
 
Ci-dessous, l'avis de décès du vicaire général, le Père Eric Millot.
Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 January 2014 - Rubrique Carnet

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Mgr Francis Deniau, ancien évêque de Nevers, ce dimanche 12 janvier 2014.

Tous les diocèses de Bourgogne ont particulièrement apprécié travailler avec Mgr Deniau au sein de la Province et les prêtres se souviennent entre autres de ses brillantes interventions à la session de Paray-le-Monial en octobre 2012 (voir quelques photos de cette session ci-dessous).

Bibliste passionné, beaucoup savent qu’il a beaucoup travaillé à l’édition de Ze Bible (2011) et il est également l’auteur de Jésus l’ami déroutant (2009), Un Evêque en toute bonne foi (2011)  et de ce dernier livre tout juste édité : Chemins de vie, chemins de Dieu, qui est paru le 2 janvier (DDB, 190 p.)

 

Ses obsèques, présidées par Mgr Brac de la Perrière, évêque de Nevers, auront lieu vendredi 17 janvier à 14 h 30 en la Cathédrale de Nevers.

Le diocèse de Dijon s’unit à la prière de tous les diocésains de Nevers.

 


Photos : © Diocèse de Nevers et Droits Réservés

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 January 2014 - Rubrique Carnet

Le Père Pierre Molin est décédé le mercredi 8 janvier 2014 à Dijon.

Né en 1926 en Haute-Marne, sa jeunesse fut marquée par son choix de devenir prêtre mais aussi par son passage en Afrique du Nord pour la guerre d’Algérie.

Ordonné prêtre en 1951, sa première année de ministère fut consacrée à la fin de ses études de théologie à la faculté de Lyon.

Puis, il a été successivement vicaire à Saint-Bénigne de Dijon (1952), curé de Vielverge (1959) et de Lamarche-sur-Saône (1961).

Ces périodes furent marquées par la présence des différents mouvements d’action catholique, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et le Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne (MRJC), qui l’ont beaucoup marqué.

Le Père Molin a été nommé délégué épiscopal pour l’Apostolat des laïcs en 1966, vicaire épiscopal pour l’apostolat des laïcs, l’action charitable et sociale et la pastorale familiale responsable de la zone Nord en 1967.

De 1975 à 1981, il a été secrétaire général adjoint de la Conférence des Eveques de France (CEF) puis aumônier général du Secours Catholique de 1981 à 1987.

A son retour de Paris, en 1987, Pierre Molin reçoit la charge pastorale du secteur de Chenôve. En 1990, il est à nouveau nommé vicaire épiscopal pour la zone Dijon puis adjoint à partir de 1993.

A partir de 2001, il s’est retiré à la maison diocésaine puis à la maison du clergé.

Mais malgré la venue de l’âge de la retraite, le Père Pierre Molin a été l’aumônier du Centre anticancéreux de Dijon tant que sa santé le lui a permis.

 

Ses obsèques ont été célébrées ce samedi 11 janvier en l'église Saint-Michel de Dijon.

C'est le Père Pedro Mayol, son ami, qui a prononcé l'homélie.

 

Vous pouvez retrouver ce texte dans le fichier PDF ci-dessous.

 

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...